Témoignages

Les victimes du Linky dénoncent


Joséphine, étudiante en mathématique, 5mn


Danielle

"Un technicien est venu chez moi malgré mon refus, disant qu'il ne faisait que raccorder un câble. Un LINKY a été installé, pose forcée utilisant la ruse et le mensonge ! Je sortais de l'hôpital en état de faiblesse et seule (j'ai 74 ans) déjà en mauvaise santé, je suis hypersensible aux ondes électromagnétiques. Je possède un certificat du professeur Belpomme sur ce point. Mais je vivais chez moi, sans box et wifi et sans internet, je tenais quand même malgré la wifi des voisins (maison mitoyenne) , j'ai eu un cancer et je suis malade du cœur. 

Depuis Décembre, j'ai dû quitter ma maison et je vis comme une sans-abris soit dans de la famille chez ma sœur qui n'a pas le linky ni le cpl par les voisins, mais surtout à l'hôtel qui me coûte très cher. 109 euros la nuit ! Hôtel ou il n y a pas le linky, le wifi m incommode mais pas au point du linky .

L'ajout du cpl linky , m'a procuré très vite des symptômes complètement nouveaux : déjà des insomnies , je ne dors que 3 heures et peine à m ' endormir, j'ai des douleurs aux oreilles mais pas des sifflements (acouphènes) ; j'ai des vertiges , ça me tourne ça me tourne ! Et une très grande fatigue et une incapacité a me concentrer, je perds l'esprit de synthèse ! Et aussi des maux de têtes forts !

Un constat sans appel, l'éloignement de chez moi à l'hôtel ou chez ma sœur rétablit ma santé sur ces symptômes ! je dors à nouveau, plus de vertiges, plus de maux de têtes, plus de douleurs aux oreilles ! si je n'étais pas électrosensible, et si je ne connaissais pas le dossier, je ne saurais pas la cause de ces maux, l'évidence du lien avec l'éloignement prouve cette cause, seul les institutions sont dans le déni, sans parler d'edf / enedis. Le retour chez moi est un calvaire à chaque fois ! Je suis propriétaire pourtant, j'ai décidé de vendre cette petite maison inhabitable pour moi ! (...)


___________________


Anonyme 

Installation du compteur linky fin avril, (lieu où il se situe: ma chambre). Environ une semaine après, insomnie alors que j'avais un sommeil normal. Je suis maintenant sous hypnotique. Irritabilité de l'humeur, spasmophilie, manque de concentration....Voilà les symptômes dont je souffre depuis la pose de ce compteur! A savoir qu'avant ça, aucun soucis de santé ! Je suis révoltée qu'on nous oblige à garder ce compteur!


___________________

Christiane

Je souhaite apporter mon témoignage concernant les effets toxiques du compteur Linky. Nous avons accepté la pose du compteur Linky sans en connaître les conséquences. Nous regrettons vivement maintenant d'avoir accepté ce changement de compteur, alors que l'ancien fonctionnait très bien. Peu après la pose de ce compteur, j'ai eu des sensations de fatigue, plutôt d'épuisement, à n'en plus tenir debout, et cela empirait de jour en jour. Je passais du canapé au lit et du lit au canapé. Des vertiges sont apparus et je devais me cramponner pour descendre l'escalier. A cela s'ajoutaient de violents maux de tête, des migraines permanentes, qui diminuaient et s'arrêtaient lorsque je quittais la maison mais revenaient lorsque je restais à la maison. Enfin des troubles du sommeil qui ont fini de m'épuiser, mais qui disparaissaient lorsque je partais quelques jours, ou que je m'absentais une semaine en vacances, et reprenaient dès mon retour. J'étais dans un état de santé déplorable et me demandais si je ne couvais pas quelque chose de grave. Puis je suis tombée sur un article mentionnant les effets négatifs de Linky, et j'ai reconnu tout ce que je vivais, depuis la pose du compteur Linky. Je voudrais le faire retirer mais est-ce possible ?


_____________________

Sébastien

Depuis l'arrivée des Linky ma vie est un enfer, j'étais un garçon sain sans aucun problème de santé et 3h après la pause maux de têtes intenses, comme un étau dans la tête, tête embrouillée (c'est surtout ça qui m'a inquiété) on continue le long du corps, avec le saignement des gencives, acouphènes, décharges électriques dans tout le corps et une oreille ou j'ai perdu tous les aigus pendant 48h, tachycardie, chaleurs, insomnies, déprime, fatigue, et douleurs aux articulations, je me suis équipé d'un filtre CPL depuis ça va mieux mais ça n'est certainement pas comme avant ! Je vais écrire à Buzin, Hulot, mon maire et le préfet !!!! Bien sûr tout ceci disparaît quand je vais chez ma grand mère ou le quartier a encore été préservé par la linkyfisation !!!


___________________

Mauricette

Le soir où ils ont été posé, je rentre chez moi et je discutais du compteur avec une voisine et là je lui dis, j'ai l'impression d'être électrisée. Je me doutais que c'était à cause de cela car lorsque je vais chez mon fils dont le compteur est à l'intérieur de son appartement aussi, j'avais le même ressenti. Je rentre chez moi et ma voisine met sa musique à fond et je ressens encore plus les radiations électriques du coup plus fort et je me sens anxieuse tout d'un coup, mal dans mon corps. Puis la musique s'arrête et ça se calme. La nuit se passe bien. Hier je suis sortie toute la journée et le soir, ça va pas trop mal. Cette nuit réveillée par l'électrisation et une douleur à la tête pas croyable comme une pression sur la tempe. J'arrive à re dormir et ce matin, j'ai des pressions dans la poitrine, des maux de têtes, des envies de vomir et l'impression d'être nerveuse tout le temps. Par contre, lorsque je suis sortie ce matin, je ne ressentais plus rien. Depuis que je suis rentrée, le nez coule, je tousse et ne me sens pas du tout bien à cause de l'émission des ondes dans mon corps.

____________________

Jérôme

Je n ai pas encore linky dans mon HLM mais j ai fait l'expérience 3 fois de ce compteur , à chaque fois j'ai ressenti des problèmes très particuliers, des symptômes nouveaux, étranges qui disparaissent en changeant de lieux. Déjà chez moi, je coupe le wifi car depuis l installation d antennes relais en face, j'ai de plus en plus d acouphènes, des bruits stridents, comme si on m'envoyait un message... Le portable me chauffe l'oreille aussi, je suis conscient des problèmes dus aux ondes. Mais sans le savoir avant chez 2 personnes équipés de linky, j ai eut les maux suivants : 

Chez un ami photographe , j ai eut des vertiges et les jambes qui tremblent, le cœur qui battait fort. En sortant cela à disparu, pensant au linky, effectivement il avait ce compteur , je n'avais jamais eut ces vertiges avant.

Puis chez une amie, assis près d'une petite lampe, j ai eut des picotements dans le côté de la tête, le cou, le bras même comme des petits bulles qui éclatent... j ai demandé d'éteindre la lampe et me suis éloigné des prises et câbles, ça allait mieux, mais je me sentais bizarre, j'ai su après qu'elle avait le linky. je sentais mon cœur battre dans les dents et la tête, une pulsation ..

Dans un café (2h) nous étions 5 à ressentir des problèmes, F, Annabelle et sa sœur, Marie Noëlle, à savoir raideur à la nuque, maux de têtes ! problèmes de concentration. Pour ma part j ai eu des maux de tète et des douleurs aux dents... Je suis sorti n'en pouvant plus comme les autres personnes, tous le centre ville à été linkysé !

J'ai des amalgames dentaires mercuriels ( 3 ) et des sutures en titanes au poumon , ayant eut un cancer. Je pense devenir de plus en plus sensible aux ondes, ce n est pas une phobie mais un constat.

_____________________

Pietra

"Je ne dors plus. Avant la pose du compteur Linky, je ne savais pas ce qu'étaient les maux de tête. Maintenant je le sais et j'en souffre. En plus, j'ai des insomnies que je n'avais pas auparavant. Mes enfants ont les même symptômes. Lors de mes nuits sans sommeil, je me suis renseignée sur le Net et j'ai vu que je n'étais pas seule. J'ai ensuite recueilli d'autres témoignages dans mon entourage.

Pourquoi avoir installé à l'intérieur de (nos maisons?) le compteur alors qu'il se trouvait auparavant à l'extérieur ? Avant je ne savais pas que c'était dangereux pour ma santé. On a forcé mon père de 92 ans J'ai refusé plusieurs fois qu'on pose un compteur chez moi. J'ai été harcelée pendant trois mois. Un élu m'a même conseillé de porter plainte pour harcèlement si cela continuait. La dernière fois que j'ai dit non, on m'a répondu que je devrais payer 80 euros pour faire les relevés annuels"

_____________________

Couple devenu EHS après l'installation du compteur Linky

Je m'appelle Patrick. J'habite un appartement à Rennes avec ma compagne. A 53 et 55 ans, nous avons la chance d'être depuis toujours en excellente santé, et de n'avoir quasiment jamais à consulter le médecin. En 35 années de carrière, ni elle ni moi n'avons jamais eu un seul arrêt de travail pour maladie (ce petit bulletin de santé n'est pas anodin).

Nous ne sommes pas des militants, d'aucun bord que ce soit : ni anti-Linky, ni écologistes, ni anticapitalistes, ni technophobes, et nous ne rêvons pas d'aller élever des chèvres dans la montagne. Voilà pour les caricatures et les clichés. Je suis moi-même responsable d'un espace multimédia en médiathèque, après avoir été technicien dans le spectacle vivant. Nous n'avons donc aucune prédisposition pour refuser a priori des outils technologiques.

Que nous est-il arrivé ?

Cela commence vers la mi-février 2018 : un soir dans l'appartement, ma compagne et moi ressentons, tous les deux en même temps, un sifflement aigu dans la tête : acouphènes ? Nous trouvons cela curieux, et nous n'avons aucune explication. Au fil des jours, le sifflement dans la tête devient de plus en plus présent, et se poursuit pendant la journée, y compris sur notre lieu de travail. Il s'intensifie de jour en jour, et s'accompagne bientôt de maux de tête, le matin au réveil, et en fin de journée. Apparition de réveils nocturnes, vers 3-4 heures du matin suivi d'insomnie (le sifflement persiste pendant la nuit).

Fin février, le sifflement s'intensifie encore et provoque une véritable douleur. Il s'accompagne d'une sensation de compression de la tête. Il est désormais continu et permanent, même en journée. e me sens inquiet, voire anxieux. Je deviens irritable, et je n'arrive plus à me concentrer sur mon travail. Des vertiges apparaissent en fin de journée au travail. Les réveils nocturnes deviennent quotidiens. C'est seulement à ce moment-là (début mars) que je reçois un mail d'EDF m'informant que mon compteur Linky, installé depuis quelques mois est enfin «devenu communicant». C'est donc seulement à ce moment-là que nous commençons à faire le rapprochement entre le début de nos malaises, et l'activation du compteur.

Vers le 7 Mars, la douleur dans la tête devient insupportable. Je ne peux plus rester deux heures dans mon immeuble car la sensation de pression dans la tête est trop douloureuse, et je suis obligé de sortir me ressourcer dans la rue fréquemment. Au travail, pendant la journée, les symptômes s'intensifient également. Soupçonnant alors les compteurs Linky d'être responsables de nos troubles, nous coupons l'électricité (au disjoncteur) avant d'aller nous coucher, et nous dormons mieux.

Vendredi 9 mars, je suis pris d'importants vertiges au cours de l'après-midi : sensation de « chute de tension», impossibilité de rester debout. Mon chef de service me conseille de me reposer, et demande à une collègue de me raccompagner jusqu'à mon domicile en fin de journée. J'ai également des étourdissements passagers, de fréquentes pertes de mémoire immédiate. Nous passons 24 heures à la campagne, dans une caravane sans électricité : l'intensité des acouphènes diminue progressivement, mais restent cependant présents. En revanche, tous les autres symptômes disparaissent (la sensation de compression dans le crâne, les vertiges, les maux de tête, les insomnies, les pertes de mémoire, le sentiment d'épuisement...)

Reprise du travail après le week-end : tous les symptômes reviennent en force. Par ailleurs, la sensation de malaise devient permanente (et s'accentue en fin de journée) avec les symptômes suivants :

- Une sensation d'étourdissement général, comme un état d'ébriété.

- L'impression de ne pas tenir en équilibre, de flageoler

- Le corps comme dans du coton, engourdi, ramolli

- la bouche pâteuse, une difficulté à articuler.

- Un trouble visuel : sensation d'avoir le regard fixe, droit devant soi, et de ne pas pouvoir regarder sur les côtés.

- Faiblesse physique : difficulté à fournir un effort

- Difficulté à se concentrer, à construire une pensée concrète et approfondie, à s'exprimer de manière cohérente.

- Fréquentes pertes de mémoire immédiate

- Absence de motivation, sensation d'apathie

Mi-mars : tous les symptômes sont encore montés d'un cran en intensité. Le sifflement suraigu dans la tête est douloureux et insupportable. Et toujours la même chose pour ma compagne. Au travail, il est 9h00, j'appelle le médecin pour un nouveau RDV d'urgence. Il nous arrête à nouveau. Nous décidons de quitter notre appartement pour aller vivre dans notre caravane (sans électricité) 70 km. Pendant cette trêve, à l'écart des ondes et des systèmes électriques : diminution progressive, mais lente, de l'intensité des acouphènes, qui restent cependant présents. Disparition de tous les autres symptômes (sensation de compression dans le crâne, vertiges, maux de tête, insomnies, pertes de mémoire, faiblesse...) Dès la reprise du travail, tous les symptômes reviennent progressivement au cours de la journée. Après 48h, ils présentent à nouveau une forte intensité, notamment les vertiges, qui sont cette fois accompagnés de nausées (envie de vomir).

Le jeudi 22 mars, nous retournons voir le médecin, qui nous arrête cette fois pour 10 jours. Comme les fois précédentes, tous les « malaises » disparaissent aussitôt, sauf les acouphènes qui restent eux bien présents. A plusieurs occasions, ils reviennent avec une violence insupportable sans que nous en comprenions la cause.

Le mardi 3 avril, nous reprenons à nouveau le travail, et les sifflements et les douleurs reviennent en force. Nous décidons alors de retourner chaque soir dans notre caravane en campagne (à 70 Km) afin de nous ressourcer. La journée au travail, je constate que la proximité de certains appareils, dans la médiathèque où je travaille, me procure des douleurs très fortes (notamment les platines RFID), ce qui pose forcément un problème dans la mesure où il s'agit de mes outils de travail...

Mon employeur, alerté, m'indique qu'il ne peut pas prendre en compte mes affirmations sur la simple base de « ressentis personnels». Je ne peux pas quitter mon poste de travail sans un avis médical, sinon je risque le licenciement pour abandon de poste. J'ai toutefois de la chance car mon employeur (une mairie) a des besoins en personnel dans son service « espaces verts », et me propose d'effectuer un essai dans ce service. J'accepte aussitôt, n'ayant aucune alternative.

Depuis le 16 avril, je travaille désormais aux espaces verts de la commune. Travail dur et fatigant : tonte, débroussaillage, tronçonnage, taille, désherbage,... par tous les temps, mais je décide de tenir bon car je n'ai pas le choix. Ma compagne, elle aussi, réussit à tenir le coup dans son travail, mais chaque jour, nous faisons la route pour rentrer dormir dans notre caravane. Le week-end venu, on s'écroule de fatigue, sans pouvoir entreprendre quoi que ce soit, tellement la semaine nous a physiquement et nerveusement éreintés.


1. Ma compagne et moi sommes devenus brutalement électro-hypersensibles après l'installation des compteurs Linky dans notre immeuble en février 2018.

2. Depuis ce jour, nous ne pouvons plus vivre dans l'appartement dont nous sommes propriétaire et qui reste désormais vide.

3. Nous vivons dans une caravane sans eau et sans électricité à 70 km, et nous faisons la route matin et soir.

4. J'ai perdu mon travail en médiathèque (que j'exerçais depuis 15 ans) et j'ai été contraint d'accepter un travail pénible en extérieur pour éviter le chômage.

5. Nous ne pouvons plus entrer dans un grand nombre de lieux publics dont la pollution électromagnétique nous cause de violents maux de têtes et autres malaises : cafés, restaurants, cinémas, hôtels, magasins, centres commerciaux, bibliothèques, gares, bus et rames de métro remplis de smartphones,...

6. Pour les mêmes raisons, nous ne supportons plus les lieux de santé : hôpitaux, médecins, dentistes,... Comment allons-nous être soignés, en cas de besoin, si nous ne pouvons plus pénétrer dans ces lieux ?!

7. Tous nos projets personnels et professionnels sont arrêtés, ainsi que nos activités associatives et sociale, dans la mesure où la plupart des habitations et des lieux publics possèdent désormais la wi-fi, des téléphones sans fil, ou sont déjà équipés de compteurs Linky...

8. Aujourd'hui nous souffrons physiquement et psychologiquement : certains jours nous sommes vraiment au bout du rouleau. C'est d'autant plus difficile que cette maladie est invisible et que la plupart des gens ne peuvent pas comprendre.

9. Nous avons très peur de ne pas trouver un logement pour cet hiver, car notre caravane sans chauffage ni électricité ne suffira pas.

10. Nous avons très peur de ne jamais plus pouvoir retrouver un jour une vie normale.



Jusqu'à la victoire

Stop Linky France - Le site du ralliement national - stoplinkyfrance@mailo.com - Illustration : Jee Young Lee